Nation

Avortement et santé reproductive des adolescents et femmes : Quelques  journalistes  de RJSSR éclairés sur  les valeurs et transformation des attitudes sur l’avortement

Le Réseau des Journalistes pour la Santé Sexuelle et Reproductive(RJSSR) en collaboration avec ses partenaires,  a formé le  lundi 04 juillet à Kinshasa,  les journalistes en clarification des valeurs et transformation des attitudes sur l’avortement et la santé reproductive des adolescents et des femmes en général. Dans l’objectif de capaciter ces professionnels des médias,  du cadre légal d’avortement et son importance afin d’informer le grand public pour lutter ensemble contre la mortalité causée par l’avortement.
Neufs composantes ont fait l’objet de cette formation notamment la prévention et la prise en charge des infections sexuellement transmissibles, l’élimination des pratiques néfastes telles que les  violences sexuelles, mariage précoce.
Au cours de son exposé, l’inspecteur général adjoint à l’inspectorat général des services judiciaires et membre du comité de suivi du protocole de Maputo, David Kingudi Mungul, a parlé du cadre juridique relatif à l’avortement.
Il a présenté le protocole de Maputo qui autorise l’avortement dans certains cas. Il a cité, quand la santé de la mère et du foetus est menacée, l’inceste, viol et en cas d’agression sexuelle.
La coordonnatrice de RJSSR, Bibiche Mbete a  pour sa part, précisé que parler de l’avortement n’est pas égal à inciter les gens à avorter mais la formation donne le pouvoir d’agir en toute responsabilité.
D’après elle, ne pas en parler c’est laisser les gens dans l’ignorance et être dans l’ignorance, c’est continuer à recourir aux avortements clandestins qui mettent en danger la vie et la santé des femmes.
Parlant de l’ampleur des avortements dans le monde et en RDC, le  responsable de plaidoyer et du changement social et comportemental à Marie stopes international (MSI), Dieu merci Missay, a noté que chaque minute dans le monde 380 femmes tombent enceinte, 190 grossesses  sont non désirées, 40 femmes subissent un avortement et 1 femme en meurt.
Au total, 22 millions de grossesses non désirées sont enregistrées chaque année dans le monde et débouchent sur le décès de 50.000 femmes.
Et en RDC, selon l’étude ESP-PWSR l’avortement est la deuxième cause parmi les 5  majeures de décès. Une enquête menée à Kinshasa en 2016 a montré que 146.700 cas d’avortements sont répertoriés dans les formations sanitaires.
T.M
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts

About Author

Comment here

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share
×

Bonjour

Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à  infos@rdcnewslive.net

× Comment puis-je vous aider ?