Nous les femmes

Pendant trois jours à Kinshasa : 20 femmes politiques et celles de la société civile bénéficient d’une formation sur la gouvernance et le leadership féminin

Le Fonds pour les femmes congolaises a renforcé les capacités des 20  femmes responsables de la société civile et des femmes leaders politiques sur le thème :  » Gouvernance et leadership féminin : Rôles et responsabilité des femmes leaders politiques et des organisations féminines de la société civile congolaise », pendant trois jours soit du 16 au 18 juin à Kinshasa. L’objectif de cette session était d’accroitre les compétences techniques et stratégiques des femmes engagées dans la lutte démocratique sur le plan social et politique en RDC, a déclaré la chargée de Programmes de FFC, Thèrese Nzale, à la clôture. Pendant ces trois jours, les femmes venues de quatre provinces à savoir Nord-Ubangi, Équateur, Kasaï Central et Kinshasa,   ont  d’actualisé leurs  connaissances  sur les  concepts clés gouvernance, le leadership féminin et le féminisme; leur importance dans le positionnement stratégique des femmes et ont été dotées  des notions générales relatives aux instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs aux droits spécifiques des femmes envue  de les outillées de matières et supports utiles au soutien de leurs actions de plaidoyer éventiels en faveur de l’égalité et de la parité.

Cet atelier vise à permettre aux   femmes politiques et celle de la société civile partagent leurs expériences mais aussi apprennent sur ce concept d’actualité pour qu’elles puissent mieux s’en servir et voir comment accroître leur participation à travers la mise en œuvre de différentes stratégies envie de s’approprier des caractéristiques que doivent posséder ces femmes leaders, a souligné Thèresse Nzale.
  » Notre vision est de  renforcer les capacités des femmes sur toute l’étendue de la République ce qui est vrai on  a pas toute de suite les moyens mais nous sommes en train de travailler en tant que fonds dans notre mandant c’est ça mobiliser les ressources pour essayer de renforcer la capacité d’intervention des organisations des femmes partout où elles se retrouvent« , a-t-elle mentionné.
Leadership comme modèle de développement
Mme  Faida Mwangilwa consultante genre et formatrice de l’atelier a indiqué  que  la formation des femmes leaders  vise à travailler pour un programme de changement qualitatif. Cette rencontre est une occasion  de renforcer les capacités de ces femmes leaders afin qu’elles deviennent des formatrices dans leurs milieux respectifs.
A entendre madame Faida, le pays a besoin d’un changement qualitatif, aussi des femmes qui respectent la gouvernance. Et quand on parle de la gouvernance c’est celà le défis au niveau de notre pays.  » Nous voudrions avoir des citoyens et citoyennes qui se mettent au service de la population et qui à un certain moment se sentent redevables en disant on m’a confié des responsabilités comme député, ministre, comme responsable d’une entreprise ou comme Gouverneur, je dois être redevable  et être responsable de mes actes », a mentionné cette consultante en genre.
 » C’est pourquoi au niveau de ma lecture,  on revient sur le leadership comme moteur de développement et sur la gouvernance comme, notamment sur la préparation aux élections parce que très souvent il y’a beaucoup de femmes candidates qui ne se préparent pas aux élections et attendent le dernier moment pour aller dans un parti politique et dire que je voudrais être candidate. C’est tout un programme de vie,  c’est un projet de vie auquel les femmes doivent se préparer pour pouvoir s’attendre à gagner les élections évidemment il y ‘a plusieurs facteurs qui concourent à la réussite d’une candidate mais nous devons leur demander de préparer les élections et partager avec elles toutes les  étapes de préparation d’une élection. Vous savez la RDC évolue bien sûr dans son processus démocratique mais nous devons former les femmes parce qu’il s’agit de l’agenda femme et nous espérons que d’ici quelques années les choses seront mieux qu’aujourd’hui et c’est cela l’implication des femmes pas seulement au niveau quantitatif mais plus au niveau qualitatif pourqu’elles influencent la marche de la bonne gouvernance« , a-t-elle expliqué.
Satisfecit des participantes
Au nom des participantes, Chantal Basa du Nord-Ubangi,  membre du MLC s’est dit satisfaite des trois jours passés à Kinshasa.  » De cette formation,  j’ai retenu beaucoup de choses, nous sommes formés en leadership féminin et en gouvernance.  Nous avons appris   comment un leader doit se comporter, comment il doit militer pour faire changer les choses dans son pays. Nous avons   aussi parlé de la bonne gouvernance parce que quand il n’y a pas de  bonne gouvernance c’est la souffrance qui règne dans le pays. Qui dit bonne gouvernance dit bonne gestion.  Quand je vais rentrer au nord ubangi étant une femme leader formée à pouvoir former les autres, je ferai de cette formation mon cheval de bataille, je vais devoir réunir des femmes afin de les sensibiliser et leur parler du leadership féminin, leur parler du combat de la femme parce que ça va nous aider à faire changer les choses dans notre province« , a-t-elle conclu. Mamous
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts

About Author

Comment here

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share
×

Bonjour

Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à  infos@rdcnewslive.net

× Comment puis-je vous aider ?