Nation

Reforme de la Justice, lutte contre la corruption  et consolidation de la paix : Le gouvernement valide le plan de travail pour 2022

La Rdc représentée par la ministre d’Etat, ministre de la Justice et de Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese et les Nations unies par la patronne de la Monusco Bintou Keita ont validé le 3 février 2002 au cours de la deuxième réunion du comité de pilotage le programme conjoint d’appui à la réforme de la justice et des projets de lutte contre la corruption et collecte des données sur la consolidation de la paix et la reconstruction en Rdc.

Mme Rose Mutombo a fait savoir,  lorsque l’engagement politique est associé à un appui technique, il y a moyen de faire triompher la justice et d’établir des institutions fortes pour une paix durable, ce dont la Rdc a besoin. Le gouvernement de la Rdc salue la concrétisation de l’appui à cette réforme, grâce au Programme conjoint des Nations unies d’appui à la réforme de la justice signé officiellement le 26 novembre 2020. Ce programme est mis en œuvre par la Monusco, le Pnud, le BCNUD et l’équipe d’experts de l’Etat de droit et des questions touchant les violences sexuelles commises en période de conflit, suscite beaucoup d’espoirs dans le chef du ministère de la Justice.

Dès son accession à la Magistrature suprême, faisant siens les Objectifs de développement durable, le chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi avait placé la lutte contre la corruption au cœur de son mandat et avait décidé que des mesures urgentes, essentielles et plus efficaces soient prises pour faire face à ce fléau, a rappelé Mme Rose Mutombo.

Et de poursuivre que faisant écho à la vision du chef de l’Etat, le gouvernement de la République, sous le leadership du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a fait de la lutte contre la corruption et les crimes économiques un des piliers du programme d’action du gouvernement, en partant du postulat selon lequel aucun effort de développement n’est possible dans un environnement gangréné par la corruption.

« Par ailleurs, j’ai eu l’honneur de signer en juillet 2021 avec le Pnud, pour une période de 4 ans, un des projets dont il est question ici, à savoir le projet d’appui à la lutte contre la corruption. Ce projet est mis en œuvre sous le leadership de mon ministère en collaboration avec le Conseil supérieur de la magistrature, le Parlement, la Cour des comptes, le Conseil économique et social, l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption, la Cellule nationale de renseignements financiers, l’Observatoire de surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle et les organisations de la société civile », a dit la ministre d’Etat Rose Mutombo.

Pour ce qui concerne les données statistiques, nul aujourd’hui ne peut méconnaitre leur rôle crucial dans le développement d’une Nation et dans la réalisation des Objectifs de développement durable, pour la bonne et simple raison que des statistiques de bonne qualité sont indispensables à la prise de décisions éclairées.

Ainsi, le projet de « collecte des données sur la consolidation de la paix et la reconstruction en Rdc » qui est mis en œuvre dans le Tanganyika, le Kasaï Central, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et l’Ituri permettra sans conteste de suivre et d’évaluer l’efficacité des politiques de réforme de la justice et de la lutte contre les violences sexuelles.

Selon la ministre d’Etat, ministre de la Justice, « la présente rencontre va nous a permis  d’examiner les plans de travail annuel des trois projets concernés, à la lumière des réalisations de l’année qui vient de s’achever, ce qui nous aidera à recadrer les choses s’il le faut, à nous engager à réaliser ce qui n’a pas pu l’être, afin d’espérer atteindre des résultats encore plus performants à la fin de l’année 2022. Je pense notamment à toutes les activités d’appui à la Direction Etudes et Planification et au Groupe thématique Justice et droits humains, pour ce qui est de mon Ministère ».

« Je voudrais insister, comme je le fais souvent, sur la nécessité d’une collaboration transparente ainsi que d’une coordination structurée, car il est indispensable que toutes les parties prenantes des projets travaillent en synergie et qu’une meilleure coordination puisse permettre au gouvernement congolais de mieux déployer les appuis des partenaires selon les besoins réels des populations disséminées à travers le vaste territoire national », a conclu la ministre d’Etat, ministre de la Justice.

Pour sa part, la  patronne de la Monusco, Bintou Keita, a déclaré que ce programme a été développé par le Système des Nations en étroite collaboration avec le ministère de la Justice, le ministère de l’Intérieur et le Conseil supérieur de la magistrature et bien sûr avec les différents partenaires appuyant le secteur de la justice et l’Etat de droit. Il vise notamment à accompagner les progrès dans le renforcement de l’Etat de droit, les réformes en matière de gouvernance et la lutte contre l’impunité et ce dans une perspective de stabilisation et de développement de la Rdc.

Bien que les résultats de cette mise en œuvre du programme conjoint soit encourageant, certaines activités prévues pour l’année 2021 n’ont pas été exécutées ayant été reportées pour cette année. Ceci est dû à plusieurs facteurs dans le temps nécessaire pour le recrutement de l’équipe de gestion du programme et contexte de crise sanitaire liée au Covid-19 qui a limité les mouvements et les rassemblements des personnes.

« Ainsi j’inviterai les différents partenaires en l’occurrence ceux faisant partie de comité technique de suivi au niveau central à Kinshasa et au niveau provincial au Kasaï Central, au Tanganyika et au Nord-Kivu à redoubler d’effort et à mettre en place des stratégies nécessaires pour rattraper ce retard », a indiqué Bintou Keita.

En tant que comité de pilotage, « il nous revient aujourd’hui d’analyser les résultats atteints pour l’année 2021. Il nous revient également d’approuver le plan de travail pour les 4 zones d’interventions du programme ».

Bintou Keita a réitéré la disponibilité et l’engagement du Système des Nations Unies à poursuivre son appui au gouvernement de la Rdc dans ses efforts de renforcement de l’Etat de droit, gage du respect des droits des populations et surtout des plus vulnérables auquel ce programme accorde une attention particulière. Mamous

Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts

About Author

Comment here

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share
×

Bonjour

Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à  infos@rdcnewslive.net

× Comment puis-je vous aider ?