Nous les femmes

Droits sexuels et reproductifs de la femme : Les professionnels  des médias renforcés en capacités pour bien informer le public sur l’art 14.2.c du Protocole de Maputo

40 journalistes, présentateurs ou trices des emissions et ceux animant des pages en presse-écrite ayant traits aux femmes et à leurs droits sexuels et reproductifs ont pris part ce lundi au déjeuner de presse organisé par le Réseau de journalistes pour la santé sexuelle et reproductive ( RJSSR) ce lundi 19 au Pullman, avec l’appui de l’ong Ipas.  Le thème retenu au cours de cette journée de partage était :  » le rôle des medias dans la lutte contre la mortalité maternelle due aux avortements clandestins en RDC. »
Les objectifs de cette journée d’échanges, a déclaré la cordonnatrice de RJSSR est de doter les  journalistes participants des connaissances sur le Protocole de Maputo;
 actualiser leurs connaissances sur le cadre légal de l’avortement en RDC, ainsi que sur l’état des lieux de la mise en œuvre du Protocole de Maputo, particulièrement en son  l’article 14, alinéa 2. Aussi, a poursuivi Bibiche Mbete,  échanger avec eux  autour des réalités vécues par les femmes (congolaises) qui les poussent à recourir aux  avortements clandestins ainsi que les conséquences de ces derniers sur le plan physique et social ainsi que réfléchir et partager les avantages de communiquer sur cette problématique à la population. Cela rentre dans le cadre de la vulgarisation de cet instrument juridique.
Disponibilser les services de l’avortement sécurisé 
Pour sa part, le directeur pays de l’ong internationale Ipas a souligné l’importance de renforcer les capacités des professionnels de médias de Kinshasa pour avoir des spécialistes en question sociétales. Ceux là qui peuvent identifier le problème comme celui de la mortalité maternelle et en débattre, a mentionné Dr Jean-Claude Mulunda.  « Avec une information de qualité, c’est possible que les journalistes puissent sauver la vie de beaucoup des gens », a-t-il soutenu.
Ainsi, Dr Jean-Claude Mulunda est convaincu qu’il est important de promouvoir le droit à l’avortement sécurisé si on veut réduire la mortalité maternelle en RDC. Aussi, a-t-il poursuivi, il est important de noter que le choix doit garantir à la femme et les services d’avortement sécurisé devraient être disponibles et accessibles.
A cette occasion, plusieurs thématiques ont été abordées, telles que : quid du Protocole de Maputo? : brève historique et processus en RDC, le cadre légal de l’avortement en RDC, les avortements clandestins en RDC: ampleur, causes et conséquences sur les femmes et la société, létat des lieux de la mise en œuvre de l’article 14 du PM ainsi que le rôle des médias dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive, particulièrement dans la lutte contre la mortalité maternelle due aux avortements clandestins. Tous les intervenants ont démontré la nécessité de vulgariser le Protocole de Maputo particulièrement dans son article 14.2.c lié aux droits sexuels et reproductifs de la femme afin de la permettre de connaitre ses droits pour bien la défendre. Mathy Musau
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Mathy Editor
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts

About Author

Comment here

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share
×

Bonjour

Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à  infos@rdcnewslive.net

× Comment puis-je vous aider ?